Il faudra d’abord apprendre à identifier les questions éthiques, en les distinguant des autres questions qu’il nous arrive de nous poser (qu’est-ce qui est vrai ? qu’est-ce qui marchera le mieux ? etc.)… mais aussi en sachant les combiner.

Il faudra aussi savoir distinguer les perspectives éthiques : se demander quelle est la bonne manière d’agir n’a pas le même sens si je me soucie de respecter des principes essentiels (déontologie), si je m’inquiète des conséquences de mes actes (conséquentialisme) ou encore si je cherche avant tout à être “quelqu’un de bien” (éthique des vertus). De même, cela ne sera pas la même chose suivant que je privilégie l’impartialité (tout le monde compte autant dans mon appréciation) ou la loyauté (je donne la priorité à certains, qui pour moi sont plus proches).

Je serai amené aussi à m’interroger sur les sources des motivations éthiques. Qu’est-ce qui m’amène à vouloir faire le bien ? Un raisonnement, des sentiments, des habitudes plus ou moins choisies ? Qu’est-ce qui m’amène (parfois) à vouloir faire le mal ? Une erreur de perception ou de jugement, une faiblesse de ma volonté, une véritable intention malveillante ? D’où viennent et que valent les différentes émotions morales : honte, culpabilité, indignation, mépris, etc ?

Petit à petit, j’apprendrai à développer une perception éthique de plus en  plus fine et subtile, à dépasser les premières réactions “à l’emporte pièce” (le plus souvent bien trop grossière) pour prendre en compte des aspects de plus en plus nombreux de la situation que je rencontre. Par forcément pour déboucher sur une “prise de tête” sans issue : au contraire, plus je m’entraînerait à percevoir les situations dans toute leur complexité, plus, dans la majorité des cas, la bonne manière d’agir me viendra comme naturellement.

Quand on se demande comment bien agir, comment faire les bons choix en termes de valeurs : savoir tenir compte précisément du contexte,
et décider
soi-même

Comment doit-on vivre ? C’est, selon Socrate, la question de l’éthique. Une question qui se pose à chaque individu pour l’ensemble de ses choix de vie : quelle sorte de personne est-ce que je veux être ? Comment devenir meilleur ?

Mais la question éthique s’impose parfois très concrètement, et elle est parfois très pressante :
face à telle situation, à telle personne, à tel choix,
que dois-je faire ?

Savoir répondre par soi-même, sans dogmatisme, en tenant compte de toute la complexité de la situation, c’est une véritable compétence.

A quoi ça sert ?

Sources

Ethique active en situation

Accueil                  Qui suis-je ?                 Contact                   Actions                  Textes